Rentrée des Socialistes de la Haute-Vienne

Chers amis, Chers camarades, Cher Stéphane,

 

C’est avec encore plus d’émotion que les années précédentes que ce soir, je prends la parole en tant qu’animateur fédéral des Jeunes Socialistes de la Haute-Vienne car c’est probablement mon dernier discours en tant que responsable du MJS… Acceptez alors que j’en profite pour faire une petite série de remerciements. En premier lieu, merci aux camarades qui ont renouvelé leur confiance à l’équipe que j’ai l’honneur d’animer, merci de leur présence  à : Jeremy PINTO qui a la lourde et belle tâche de porter la parole des réformistes du MJS et à Léo LACHAMBRE, animateur fédéral de Côte d’Or. D’ailleurs je compte sur toi pour saluer et féliciter ton député Laurent GRANDGUILLAUME pour son courage politique.  Merci à notre 1er secrétaire qui permet aux MJS de s’exprimer ici devant vous, merci aux élus et en premier lieu aux parlementaires Jean-Paul, Marie-Françoise, Alain, Daniel et Catherine. Merci à vous Jean-Claude, Gérard, qui faites confiance au MJS. Merci à toi, Stéphane, pour ta présence, le discours que tu prononceras sera, j’en suis certain, optimiste, rassembleur et motivant, éléments indispensables pour que notre primaire se passe le mieux possible et que notre candidat naturel et légitime François Hollande en sorte vainqueur !

Le meilleur pour la fin, et je vous demande de les applaudir, les filles de la fédé, Sylvie, Jacqueline, Fanny et Fabienne qui sans elles l’évènement ne pourrait avoir lieu et sans qui le Parti ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

Au moment de préparer ces quelques mots, plusieurs choix s’offraient à moi. Il faut dire que l’actualité politique de ces derniers jours regorge de sujets qui passionnent les médias : la laïcité mais je trouve qu’on en parle déjà trop (et en mal d’ailleurs) je laisse ça à ceux et celles qui s’autoproclament experts en la matière, je pourrais parler de la course en solitaire de notre désormais ex-ministre de l’Economie qui a décidé de vivre une aventure solo contrairement à nous socialistes, ou des dernières propositions présentées par les leaders de la droite qui ont de quoi faire frémir : retraite à 65 ans, semaine de 48H, suppression d’un million de fonctionnaires, suppression du statut de fonctionnaire territorial… j’arrête ici mais la liste est longue. Tout cela pour dire que la droite et la gauche, ce n’est pas la même chose.

J’aurais pu vous parler des attaques terroristes et lâches de cet été mais notre discours ne doit pas être simplement celui du combat contre le terrorisme et du débat identitaire .En effet nous risquons y perdre nos valeurs et nos principes qui sont indispensables au faire ensemble, plutôt qu’au simple vivre ensemble.

N’oubliez pas, n’oublions pas aussi que notre engagement à nous jeunes socialistes présents ce soir est né, souvent, pour combattre les idées nauséabondes propulsées au plus haut sommet de l’Etat par un ministre de l’Intérieur devenu président de la république.

14274420_1390586600957052_1784989765_o

Mais ce soir, j’ai décidé de parler de nous, militants, de notre pouvoir à changer le cours des choses, de notre rôle, notamment lors des prochaines échéances qui attendent la famille socialiste.

Cette fin d’année, vous le savez, sera marquée par les primaires et les désignations pour les législatives… Ca sera donc une fin d’année chargée et décisive, une fin d’année où chaque militant usera de son pouvoir de décision pour désigner nos représentants dont nous serons responsables des actions et comportements. Mais, cette période sera également déterminante pour faire progresser nos idées, car nous ne devons jamais oublier que le Parti Socialiste doit être synonyme de progrès et de changements. Même en situation de responsabilité, notre famille politique doit continuer à faire avancer ses idées en faveur du renouvellement, de l’évolution de nos pratiques et du progrès de notre société. Il est temps (on le disait en 2014 déjà) de rompre avec les méthodes du passé, nos concitoyens veulent du renouveau, de la jeunesse, du peps, de la sincérité, de l’engagement désintéressé… N’ayons pas peur de s’éloigner des petits calculs, de renouveler sans se priver de l’expérience de certains.  Notre fédération regorge de femmes et d’hommes compétents qui n’attendent qu’à être révélés par leur travail et non par un copinage de circonstance. Ouvrons les yeux et nous verrons que nous sommes forts et que nous sommes en capacité d’inventer l’avenir.

Aussi, on peut lire ici ou là que le PS souhaiterait présenter plus de candidates que de candidats, faisons en sorte que cela soit une réalité en Haute-Vienne, ne serait-ce pas un signe fort!

En parlant des législatives, je pense qu’on peut être fiers de nos parlementaires qui ont su mener de nombreux combats de gauche : ouverture du droit au mariage pour tous, réforme du collège, adaptation des rythmes scolaires, ouverture de la prime d’activité aux jeunes, le service civique, la transition énergétique, le tiers payant généralisé, les emplois d’avenir, l’aide à l’embauche pour les TPE, l’augmentation du nombre de boursiers et des bourses, la caution locative pour tous, la fin du cumul des mandats, la généralisation de la garantie jeune ou encore l’Aide à la Recherche du Premier Emploi grâce à la Loi Travail, la création de 60 000 postes dans l’Education, le plan de relance de l’apprentissage, l’encadrement des stages et bien d’autres choses ont été faites… C’est ça la gauche ! Alors merci, merci pour ce que vous avez fait, ce n’était pas toujours facile et ne doutez pas que nous serons à vos cotés pour les futurs combats !

Tout n’est pas rose, soyons pragmatiques, tout n’a pas été fait et malheureusement aujourd’hui il y a encore des camarades occupant des fonctions (hautes ou pas) qui préfèrent polémiquer, diviser la société, peut être pour leur propre intérêt …

C’est à nous de faire passer collectivement un message d’unité ! Ne nous faisons pas imposer les thèmes de notre future campagne mais imposons les nôtres pour plus d’égalité, de fraternité mais aussi de liberté : ne devenons pas des commentateurs d’actualité.

Nous avons la force nécessaire pour gagner. Soyons optimistes et fiers d’être socialistes au vu ce qui a été fait, même s’il reste beaucoup à faire. Restons au pouvoir pour améliorer encore les conditions de vie des jeunes mais aussi des personnes âgées: nous ne devons laisser personne sur le bord de la route !

Alors oui, je vous le dis, nous sommes fiers, nous les jeunes socialistes d’être socialistes, d’être du côté de la gauche de progrès. Etre de gauche, c’est dépasser les idées reçues, les préjugés et refuser le populisme et les amalgames dont parfois certains d’entre nous se servent encore, même ici…

Chers amis, chers camarade, cher Stéphane, j’en ai fini et je partage cette conviction que la gauche peut réussir. Face une droite dure, ultra libérale, revancharde et en course pour une immunité présidentielle… Soyons solidaires, n’oublions pas ceux et celles qui nous ont fait confiance en 2012 notamment les quartiers populaires, il n’est jamais trop tard… En choisissant l’égalité, on ne choisit jamais la voie de la facilité. Mais nous ne sommes pas de celles et de ceux que la difficulté rebute !

En choisissant l’égalité, nous avons choisi la voie la plus juste, la voie de l’avenir !

Et dans cette voie, vous pouvez être assurés d’une chose : nous serons toujours à vos côtés : nous continuerons les cafés débats, les rencontres avec les syndicats, les associations, les citoyens engagés, car leurs expériences concrètes sont riches d’enseignement..

Tous ensemble, allons dans la même direction: soutenons l’action de notre Président de la République, faisons notre autocritique, allons de nouveau vers tous les citoyens et construisons ensemble un projet d’avenir ambitieux et réaliste

Nous, MJS, nous nous battrons pour des minimas sociaux réformés, pour simplifier l’accès aux droits sociaux, condition essentielle de la dignité. Nous porterons toujours la proposition d’ouvrir le droit de vote aux étrangers. Nous continuerons nos campagnes pour le droit aux vacances, pour l’égalité, pour l’accueil des réfugiés ou encore réenchanter le rêve européen.Nous nous battrons pour réduire la fracture numérique. Enfin, nous continuerons de dire que le RSA socle doit être ouvert aux jeunes de moins de 25 ans qui sont les premières victimes de la précarité.

Alors à Limoges, à Bellac, à Saint Junien , à Saint Yrieix, à Rochechouart, à Eymoutiers, à Ambazac, partout mobilisons nous.

 

Demain peut être meilleur qu’aujourd’hui, c’est le cœur de notre combat !

 

Une mise au point…

Le MJS de la Haute-Vienne se désolidarise des prises de positions de son Président national Benjamin Lucas sur le projet de loi travail et ne participera pas aux mobilisations  prévues dans les prochains jours.

Il ne s’agit pas de soutenir aveuglement le gouvernement quel que soit ses choix politiques, mais nous revendiquons une méthode basée sur une critique constructive.

Si nous sommes opposés à certaines mesures du projet de loi El-Kohmri, pour lesquelles nous avons fait des propositions d’évolution, nous considérons que le projet global est une réforme structurelle nécessaire pour le dynamisme et l’attractivité de notre économie et pour l’emploi.

Depuis plusieurs semaines, le président du MJS exprime publiquement son opposition et a appelé à manifester contre le projet de loi El-Khomri.

Si nous pouvons partager certaines analyses nous nous opposons fermement à la méthode employée.

Nous considérons que cette approche de rapport de force est contre-productive dans le contexte actuel.

Il est en effet pour le moins paradoxale d’appeler à manifester contre l’exécutif que nous soutenons.

Nous sommes attachés au dialogue social et nous considérons que demander le retrait pur et simple d’un projet de loi ne semble pas obéir à cette philosophie.

Au contraire il s’agit du meilleur moyen de mettre un terme à toute négociation et de couper les liens du dialogue.

Nous sommes étonnés qu’autant d’énergie n’ait pas été déployée pour promouvoir une avancée majeure du projet de loi El-Kohmri que représente le Compte Personnel d’Activité pour la sécurisation des parcours professionnels, proposition pour laquelle nous militons depuis des années .

 

A l’ère du zapping intellectuel et de la politique de l’immédiateté le rôle de notre mouvement politique n’est pas de produire des réactions épidermiques mais d’être force de proposition. Les instances de notre mouvement démocratique permettent à chacun d’exprimer ses positions dans le respect de ses convictions.

Le temps politique ne doit en aucun cas s’adosser au rythme médiatique.

Nous constatons aujourd’hui avec satisfaction les évolutions de la réforme engagée par le gouvernement, notamment la généralisation de la garantie jeunes.

Ces aménagements confirment l’importance du travail de fond engagé par de nombreux jeunes socialistes qui ne s’affichent pas dans une position réductrice de frondeurs mais comme des forces actives de la gauche, forces de propositions et de progrès.

Le rythme de nos institutions nécessite du temps. Le cycle de vie normal d’un projet de loi, qui est par définition perfectible, permet d’en améliorer le contenu jusqu’à son adoption définitive par les parlementaires. Ainsi cette « crise »aurait sans doute pu être évitée.

Nous appelons ainsi l’ensemble de nos camarades à respecter la légitimité de nos institutions et du chef de l’Etat qui a été élu au suffrage universel après avoir était désigné démocratiquement au sein d’une primaire citoyenne.

Touche pas à mon école !

Après avoir modulé les heures d’ouverture de la piscine de Beaubreuil afin de provoquer une baisse de la fréquentation et donc justifier une fermeture prochaine, la droite à Limoges aurait refusé de nombreuses inscriptions d’enfants dans des écoles pour les fermer ! En effet, la municipalité a décidé de fermer 3 écoles à Limoges ( Bellegarde – Abessaille et Présidial) pour faire des économies mais de nombreuses autres écoles seraient menacées. Les parents d’élèves et les enfants se sont mobilisés contre ces fermetures, comme les élus d’oppositions. La députée Catherine BEAUBATIE a même proposé des solutions au maire de droite afin d’éviter la fermeture d’école notamment de Bellegarde, mais sa lettre est resté sans réponse depuis plus d’un an. Il est important de rappeler à ce maire, qu’en politique nous agissons dans l’intérêt général et que parfois nous devons aller au delà de nos dogmes.

 

Soutenons, ensemble ces enfants et ces parents contre la fermeture de leurs écoles, la mairie peut faire des économies ailleurs sans toucher à la culture, à l’éducation….

Signez la pétition :

https://www.change.org/p/lemaire-ville-limoges-fr-sauvons-l-école-de-l-abbessaille-de-limoges?recruiter=473648114&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink

 

Une Grande Région pour une Grande Ambition !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Une Grande Région pour une Grande Ambition !

 

Lors de l’installation du nouveau Conseil régional Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes à Bordeaux, le 4 janvier 2016, le candidat socialiste Alain ROUSSET a été élu président de cette nouvelle grande région.

Les Jeunes socialistes de la Haute-Vienne , dans leur diversité, félicitent le nouveau président ainsi que l’ensemble des conseillères et conseillers régionaux qui représenteront, comme il le faut, nos territoires : urbains, périurbains et ruraux afin de garantir le maintien de la proximité sur l’ensemble de cette nouvelle grande Région.

Nous serons vigilants afin que chaque citoyen se sente représenté, que chaque territoire soit reconnu et que ce mandat soit animé par des valeurs éthiques et dans le respect de l’intérêt général.

Nous sommes conscients de la dure réalité de terrain mais conscients aussi que nos élus s’attèleront à leur tâche. Persuadés que la jeunesse sera une priorité de la majorité régionale, nous tenons particulièrement à féliciter les jeunes élus socialistes qui nous représenteront !

Nous tenons à féliciter particulièrement Gérard VANDENBROUCKE qui devient le 1er Vice Président en charge de l’aménagement du territoire mais aussi Andréa BROUILLE qui siègera à la commission permanente !

CP 4 Janvier.jpg

Contact : Yasin AMROUCHE,
Animateur Fédéral du MJS 87 – 06 95 39 95 63

Faire Bloc !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Faire Bloc !

Ce soir, les Jeunes Socialistes de la Haute-Vienne prennent acte des résultats des élections régionales. Il s’agit ici de remercier la mobilisation de l’ensemble des électeurs lors de ce second tour. L’union des forces de gauche a permis hier soir de remporter 5 régions dans un contexte national difficile marqué par les attentats et par une vague bleue prédite depuis des mois qui n’a finalement pas eu lieu. Notre nouvelle Région, ALPC confirme la confiance portée à A. Rousset, Président sortant de la région Aquitaine, pour construire le territoire régional de demain.

Pour la Haute-Vienne, nous félicitons Gérard Vandenbroucke et Andréa Brouille, binôme tête de liste, pour la campagne de terrain qu’ils ont tout deux menée, ainsi que l’ensemble des candidats qui ont permis à la gauche d’être en tête dans notre département notamment à Limoges (46,5% pour la liste de gauche contre 38% pour la liste d’union de la droite). C’est cette proximité qui doit, aujourd’hui comme demain, faire la différence. Un vrai message électoral nous est adressé: les appels du pied à l’électorat d’extrême droite ainsi que la démagogie dont a fait preuve de nombreuses fois V. Calmels au cours de cette campagne n’auront pas suffi.

Si le Front national n’obtient à ce jour aucune présidence de région, même là où il se hissait en tête au soir du premier tour, le scrutin est marqué par un record de voix pour les listes frontistes. Pour faire face, le peuple de gauche a su prendre ses responsabilités pour préserver la République d’une extrême droite au pouvoir. Cependant les digues s’affaissent et ne sauraient nous dispenser d’une analyse sur les causes profondes de la force de l’extrême droite dans notre pays. Nous appelons l’ensemble des forces de gauche à saisir l’ampleur des défis qui s’offrent à nous ce soir.

Les Jeunes socialistes répondront présents aux enjeux de demain, nous devons aujourd’hui créer les conditions démocratiques afin de tendre vers nos objectifs du vivre ensemble et pour la République : assurer la mise en œuvre des valeurs républicaines, réduire les inégalités qui fracturent notre société, s’attaquer plus fortement encore à la pauvreté et aux discriminations et porter les valeurs de progrès et de justice sans faiblesse face à l’extrême droite et à la droite. Ces combats doivent se mener en équipe, afin de faire prévaloir l’intérêt collectif.

[“L’isolement n’est pas possible en temps d’élections, pas plus que la solitude au milieu d’un champ de bataille.”
Victor Hugo ]

Contact : Yasin AMROUCHE,
Animateur Fédéral du MJS 87 – 06 95 39 95 63

Discours de l’Animateur Fédéral du MJS lors du Meeting du 2nd Tour !

Cher Alain, Cher Gérard, Cher Philippe, Cher Eric,
Chers amis, radicaux, écologistes, Chers amis de toute la gauche !
Madame, Monsieur,

Merci, merci d’être venus si nombreux ici. Votre présence nous laisse espérer encore plus en la victoire , notre victoire !
Limousin nous voulons gagner ENSEMBLE dimanche. Ensemble car c’est en ces temps de tempête qu’il il faut savoir tenir le cap et n’oublier personne, c’est notre tâche.

Dimanche, il s’agira, tous, collectivement, d’être à la hauteur de ce que l’avenir nous demande de faire. Nous avons un rendez-vous avec les électeurs pour améliorer leur vie quotidienne, leurs transports, l’éducation de leurs enfants et la condition de notre jeunesse

Cher Alain, Cher Gérard, Chère Andréa, vous en avez parlé pendant cette campagne, vous avez patiemment écouté́ les citoyens, vous avez travaillé avec nous et le résultat est là, notre programme est solide et efficace et les électeurs l’ont démontré par leur suffrage.

Ce soir, mesurons ensemble pleinement l’enjeu de cette élection. Nous devons faire mentir la fatalité qui touche les Français qui ne croient plus dans notre capacité́ collective de changer la vie.
A notre droite il y a des femmes et des hommes qui osent vouloir nous représenter, mais ils ne sont pas dignes de vous, de nous ! Je pense à celles et ceux qui n’ont plus rien de commun avec la droite républicaine et avec l’idéal républicain …..et pourtant ils se disent républicains !

Ils veulent par exemple que l’économie ne soit plus un instrument pour créer de la valeur pour tous, mais de la rente pour quelques-uns. Leurs valeurs ne sont pas les nôtres, leurs valeurs sont dangereuses. S’ils occupent la Région, ils la déchireront!
Vous en doutez ? Vous trouvez que j’exagère ? Regardez la liste sarkozyste que nous affrontons.

Regardez-les, ces candidats de droite se mettre à genoux devant l’extrême-droite avec leurs dents qui rayent le parquet ! Que fera-t-elle, la candidate sarkozyste, avec de tels alliés ? A tous ceux qui hésitent encore pour dimanche. Ecoutez les discours de cette élection régionale ! Ecoutez-les ! Pensez-vous que ce sont les gens du camp d’en face qui faciliteront votre vie quotidienne ?
Regardez ce qu’ils ont fait de la France avec Sarkozy… Regardez ce qu’ils ont fait des villes et des départements qu’ils ont arrachés… Imaginez ce qu’ils feraient de notre région…

Oui, plusieurs projets s’affrontent. Lisez les programmes, écoutez les déclarations. Puis regardez le travail de nos équipes, de nos candidats, de nos militants et nos équipes de campagne !

Les candidats de notre liste se présentent à vos suffrages pour construire ensemble une grande région de progrès. Je ne peux ici développer tous les engagements que nous avons pris, ils sont nombreux, ils sont riches et réalistes. Je prends tout de même un exemple. Comme vous le savez notre région dispose d’une économie dynamique et d’atouts majeurs – culturels, géographiques et humains – qui la rendent attractive. Cette réussite est due aux femmes et aux hommes qui mettent leurs compétences au service des entreprises et plus globalement, de la société́. La formation est la clé de ce cercle vertueux. La formation professionnelle des salariés, des demandeurs d’emplois mais aussi, la formation des jeunes pour qu’ils construisent un parcours de réussite. La région investira dans ce formidable capital humain et intellectuel dans une logique de formation tout au long de la vie.

Tout cela n’est pas possible sans une gauche unie, une gauche réunie, C’est la clef des victoires, c’est la clef de l’amélioration de la vie quotidienne ! Et c’est pour la gauche réunie que nous jeunes socialistes nous n’avons pas hésité une seule seconde à laisser notre place à nos partenaires sur la liste du second tour.

Alors il faut voter ! Voter, c’est résister. Ne pas aller voter, c’est faire un cadeau à la droite, un cadeau à sens unique.

La victoire commence aujourd’hui. Ne nous trompons pas d’enjeu. La droite et l’extrême droite veulent faire de cette élection un test et un marchepied pour la présidentielle. Les laisser gagner, c’est dérouler le tapis rouge à Sarkozy et Le Pen pour la présidentielle.

Alors que nous, aujourd’hui et demain notre ambition est d’améliorer la vie des habitants de notre belle Région. Lors de sa venue à Limoges, il y’a un an, notre Président de la République a annoncé de grands investissement pour nos quartiers: neuf quartiers à Limoges : Beaubreuil, Val de l’Aurence sud, Val de l’Aurence nord, les Portes-Ferrées, la Bastide, le Sablard, les Coutures, Bellevue et le Vigenal: Pour la Corrèze, trois quartiers à Brive : Rivet, Tujac et Les Chapelies. Pour la Creuse; un quartier à Guéret : l’Albatros.

Ces investissements se feront dans le cadre des futurs contrats de plan Etat-Région (CPER) à hauteur de 5 millions d’euros pour le Limousin. Voilà une preuve de notre volonté d’agir ensemble pour tous. Et ce contrat Etat-Région n’est pas que pour les quartiers mais nous engagent sur tout les champs par des actions concertées pour le désenclavement et le développement de la région : le transport ferroviaire que nous avons defendue que nous defendrons encore et toujours pour la jeunesse du Limousin, sans oublier les routes par avec la mise en 2×2 voies de la RN 147 Limoges Bellac, le developpement numérique, la transition écologique, les lycées, la formation, la jeunesse et j’en passe…

C’est donc ensemble que nous améliorerons la vie dans notre région,

Alors Dimanche prochain, sans hésitation, pour un limousin qui avance, nous jeunes socialistes appelons tout le peuple de gauche et des humanistes à voter pour la liste conduite par Alain ROUSSET pour une région Solidaire, Bienveillante, Protectrice et Durable !

N’oublions jamais ce que Nelson Mandela disait «  que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs. »

Territoire Zéro Chômeur Longue Durée !

Le 30 octobre à 20h00 – salle du Temps Libre – à Limoges, Laurent Grandguillaume, député de la Côte d’or et conseiller municipal de la ville de Dijon, a participé à une réunion citoyenne organisée par les jeunes socialistes de la Haute-Vienne sur le thème : « Territoires zéro chômeur de longue durée : de l’utopie à la réalité».

1610983_1171955366153511_3035848809113531788_n

Accompagné d’acteurs associatifs comme l’Union Régionale des Entreprises d’Insertion du Limousin, le Secours Catholique et bien d’autres, le député Laurent Grandguillaume nous a présenté sa proposition de loi et a répondu aux questions des citoyens. Le politique se rapproche une nouvelle fois du citoyen !

 

Le projet, proposé par ATD Quart Monde, rejoint par Emmaüs France, la FNARS, le Pacte Civique et le Secours Catholique, s’inscrit dans un pays où les choix d’organisation économique permettent à une majeure partie de la population d’obtenir un emploi et de vivre dignement mais où, dans le même temps, ces choix privent durablement plusieurs millions de personnes d’emplois ou les contraignent à accepter des emplois précaires dans des conditions qui ne permettent pas une existence digne. Il est une réponse au manque d’emplois : en France, plusieurs millions de personnes sont concernées par cette situation.

Représentant une grande diversité sociale et culturelle, ces personnes ont des compétences, des savoir-faire, certaines ont occupé des emplois à différents niveaux de qualification, mais elles sont aujourd’hui sélectionnées négativement par un système économique qui considère qu’en dessous d’un certain seuil de productivité, elles ne sont pas employables, faute d’être suffisamment « rentables ».

Par ailleurs, si les emplois manquent, ce n’est pas le travail qui manque. L’observation et l’expérience montrent qu’il existe une multitude de besoins non satisfaits et de travaux utiles à la société qui aujourd’hui ne sont pas ou plus réalisés, simplement parce qu’ils ne sont que partiellement solvables et donc insuffisamment lucratifs pour le marché classique.

Cette proposition, innovante et expérimentale inverse donc les schémas habituels en créant des emplois. Ces emplois ne doivent en aucune façon détruire (perte) ou limiter (aubaine) la création des emplois ordinaires financés par l’économie de marché

Si à long terme, cette proposition a une envergure nationale, elle s’inscrit d’abord dans une dynamique de petits territoires qui feront le choix politique d’opter pour une organisation économique n’excluant personne : ainsi, à l’échelle du territoire (commune, communauté de communes, quartier), il s’agit de proposer à toutes les personnes privées durablement d’emploi et qui le souhaitent, un emploi en contrat à durée indéterminée au SMIC, à temps choisi, et adapté à ses compétences. Le projet repose donc sur la création et le financement d’emplois nouveaux à proportion des besoins de la population (plutôt que sur le seul soutien à l’accès aux emplois existants qui montre aujourd’hui ses limites face à la pénurie d’emplois). L’emploi est ainsi considéré comme un filet de sécurité et, autant que possible, comme un tremplin : le territoire donne à ses habitants l’assurance d’obtenir un emploi au SMIC à temps plein s’ils le souhaitent, et de bonnes conditions de travail. Actifs au sein de la société, ils seront mieux considérés par leurs futurs employeurs et par leur environnement qu’en étant « très éloignés de l’emploi », et le territoire y gagnera en dynamisme économique et en « mieux-être » social. Il s’agit donc de réaliser un investissement économique et social.

Les exigences du projet impliquent que seuls des territoires motivés, dont l’ensemble des acteurs politiques et économiques sont volontaires, opteront pour cette possibilité d’organisation économique complémentaire. Celle-ci se structurera autour d’entreprises conventionnées – à créer ou existantes – à but d’emploi et non lucratives qui auront pour objectif premier la création d’emplois à hauteur des besoins du territoire. Leur démarche sera à l’inverse et par conséquent complémentaire des entreprises « classiques » : à partir des compétences et souhaits de toutes les personnes concernées, sans sélection, les entrepreneurs rechercheront, parmi l’ensemble des travaux utiles répondant aux besoins des divers acteurs du territoire (habitants, entreprises, institutions…), ceux qui correspondront aux savoir-faire de celles-ci.

Dans ces entreprises les personnes seront d’abord en emploi. Elles se formeront dans l’emploi et resteront disponibles pour être recrutées par les entreprises « classiques », à condition que l’emploi proposé offre des conditions permettant de vivre dignement.

12196251_10153737014501670_325863424507387249_n

L’échange fut intéressant et constructif,  nous organiserons de nouvelles rencontres. Si nous souhaitons que les citoyens aillent vers « les politiques », les personnalités politiques doivent aussi aller vers les citoyens! Nous nous y attèlerons.

Nous remercions une nouvelle fois, Laurent GRANDGUILLAUME pour son combat et toute l’énergie qu’il donne pour que l’humain revienne au centre des politiques publiques. Nous appelons la Présidente du MJS et l’ensemble des Jeunes Socialiste a se mobiliser dans leur territoire en interpellant leurs parlementaires en collaboration avec nos partenaires de gauche et les représentants du centre pour que cette proposition de loi, qui sera débattue dès le 23 novembre à l’Assemblée nationale soit votée. Il est de notre devoir de nous mobiliser pour lutter contre le chômage de longue durée !

« Le courage, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense.»

Jean-Jaurès

 » La vision politique digne de la République, une vision hors d’atteinte pour la majorité municipale »

non merciScreeny Shot 27 oct. 2015 20.47.29Lors de la parution du journal municipal, le Maire de Limoges a décidé de mettre en Une une photo de trois policiers municipaux avec un chien d’attaque. Cela a le mérite d’être clair; la sécurité est le thème de prédilection de la majorité municipale LR-UDI-MoDem.

Cette politique ultra sécuritaire répond-t-elle vraiment aux attentes des limougeauds ?
Rien n’est moins sur. Ces derniers attendent sûrement plus que des reprises d’images ressemblant à celles utilisées par le maire FN de la ville de Béziers, qu’on retrouve ici surtout pour faire oublier ou cacher les sacrifices en matière sociale et culturelle
Il est à rappeler que d’une part, dans le domaine social, l’exécutif municipal, a décidé d’augmenter les frais de cantine scolaire, de vendre le centre de Saint Trojan, de rendre payant les activités périscolaires et de réduire les subventions aux associations y compris celles de nos quartiers.
D’autre part, sur le plan culturel, la BFM est devenue payante pour un grand nombre d’usagers du service public en question et le budget de l’opéra s’est trouvé amoindri, assorti d’une augmentation des tarifs…

Ces restrictions budgétaires ont été réalisées pour appliquer principalement une politique spectacle se fondant sur la peur des citoyens et afin de pouvoir financer l’augmentation des indemnités du Maire (+75%) et des adjoints au Maire (+25%).
La première décision consécutive de cette politique spectacle a été la publication de deux arrêtés de la honte: sur l’anti-mendicité et l’anti-prostitution. La deuxième est l’augmentation des effectifs des policiers municipaux.

A première vue, ces deux décisions pouvaient paraître aux yeux de certains séduisantes et mêmes justes si l’objectif du Maire était de s’attaquer à la misère. Or, il est aisé de comprendre, aujourd’hui que son but est de combattre les « miséreux » et non la misère. Il est, en effet, plus facile, de stigmatiser, de jouer sur la peur de ma population et de tenir un discours « bestial » que de mener une réflexion, une analyse, d’acquérir un esprit réfléchi constitutifs d’ une vision politique sur le long terme; une vision politique digne de la République. Vu les décisions citées, nous pouvons constater que la majorité municipale a choisi la facilité et conclure qu’ainsi cette vision politique, pour la majorité municipale, semble hors d’atteinte.

Nous, les Jeunes Socialistes de la Haute-Vienne, demandons de la part d’un parti qui se nomme  » Les Républicains » d’appliquer une politique digne de la République en abrogeant d’abord les deux arrêtés de la honte. Ensuite, de restaurer le lien social qu’avait créé la majorité précédente dans les quartiers populaires et de promouvoir une politique de réinsertion pour toutes les personnes en difficultés. Enfin, de donner des missions de proximité sociale à la police municipale, missions qui se justifieraient car la sécurité passe par le dialogue et non par la seule répression.

Construire, Convaincre, Combattre et Débattre! Rejoins nous tous les mercredis à 18h30 au 9 Boulevard de la Cité à Limoges .